Traducteur

Qu’est-ce qu’un traducteur ?

Un traducteur doit bien entendu maîtriser parfaitement, une, voir plusieurs langues étrangères, mais il doit également impérativement maîtriser l’écrit de sa langue maternelle. En effet, il lui sera demandé de traduire des textes, dont il ne devra pas dévier ni le fond ni la forme.

Être traducteur n’est pas simplement un travail oral, comme on le pense souvent. Il doit être rigoureux dans son travail, appliqué et parfois savoir travailler dans l’urgence.

Les traducteurs littéraires

Ils sont souvent professeurs, journalistes ou autre. Ce n’est pas une activité qui permet à elle seule d’assurer des revenus stables. La plupart du temps, ils travaillent dans le domaine littéraire ou audiovisuel (traduction de roman ou spécialiste des sous-titres.).

Les traducteurs indépendants

Le plus grand nombre de traducteurs a un statut indépendant, quelques-uns sont tout de même salariés dans de grandes entreprises internationales. Le traducteur travail chez lui, à son bureau, en solitaire. Le contact avec les clients se fait le plus souvent par mail ou téléphone.

Qu’est-ce qu’un traducteur assermenté ?

Un traducteur assermenté ou traducteur juré ou traducteur certifié est un traducteur dont la moralité est reconnue par les autorités administratives françaises. Après étude de la demande initiale du traducteur par le Ministère Public, le procureur de la République nomme le traducteur assermenté qui prête serment devant le tribunal de Grande Instance.

Lors de la prestation de serment, le président du tribunal donne lecture du texte suivant et de la formule du serment : « Vous jurez et promettez de traduire fidèlement et consciencieusement toutes pièces et tous discours que vous pourriez être appelé à interpréter devant un tribunal, une administration, un officier d’Etat Civil du département, ou pour la rédaction d’un acte authentique devant notaire ou devant un fonctionnaire du département. »

L’intéressé, se tenant debout, la main droite levée, répond : « Je le jure ».

Le traducteur assermenté peut aussi avoir des fonctions d’interprète au cours d’une audience ou lors d’une instruction. A ce titre, le traducteur assermenté doit être présent lors de l’interrogatoire d’une personne mise en examen ou d’un témoin ne parlant pas ou ne comprenant pas suffisamment bien la langue française. Il peut donc intervenir en tant qu’expert dans un Commissariat de police à la suite d’une interpellation ou d’un accident et, bien sûr, lors des procès au tribunal. La présence d’un interprète durant une garde à vue est obligatoire. Dans le cas contraire, toute décision judiciaire serait déclarée nulle.

Dans quels cas a-t-on recours aux traductions assermentées ?

Certains organismes sont susceptibles d’exiger des traductions assermentées, ou jurées. En effet, de par leur caractère officiel, ce type de traductions permettent de certifier conforme un document par rapport à l’original. Tous les documents n’ont bien sûr pas besoin d’être certifiés conformes. Alors de quels documents s’agit-il ? Les administrations demandent des traductions assermentées pour les documents officiels. Par exemple, pour un acte de naissance, de mariage ou de décès, pour des pièces d’identité, un passeport en général, pour des diplômes délivrés par des institutions publiques, pour des statuts ou bilans de société, ou encore pour des brevets. Il s’agit donc de garantir l’authenticité de documents juridiques ou techniques, traduits dans une autre langue que celle d’origine. Mais pourquoi les administrations demandent-elles ce type de traduction assermentée, dans quels cas les utilisent-elles ? Il peut s’agir d’utiliser ces documents dans des cas de procédures judiciaires, ou pour vérifier une succession, pour une inscription dans une université, une création ou reprise d’entreprise ou encore dans le cas d’un appel d’offres. Dans tous les cas, on a recours aux traductions assermentées pour des formalités législatives et administratives. On peut ainsi dire que le but est de légaliser un document émis dans un pays étranger afin qu’il soit officiellement reconnu par le pays qui le demande. Par exemple, pour s’inscrire dans une université à l’étranger, l’étudiant devra fournir à l’administration un certain nombre de documents pour valider cette inscription : une pièce d’identité bien sûr, mais aussi ses diplômes, éventuellement les notes qu’il a obtenues pour valider ces diplômes, les barèmes de notation pouvant varier d’un pays à un autre. L’université d’accueil, avant de valider toute inscription d’un étudiant étranger, se doit de vérifier les informations contenues dans le dossier remis par l’étudiant candidat et donc la conformité des documents demandés par l’administration. L’étudiant demandera donc l’assistance, pour ces formalités législatives, d’un traducteur assermenté qui garantira l’authenticité des documents. L’université d’accueil aura de cette manière la mention « certifié conforme » dont elle a besoin pour valider les documents et donc l’inscription du candidat.

Quels sont les documents officiels à traduire par un traducteur assermenté ?

Le traducteur assermenté peut traduire tout document officiel : acte de procédure civile ou pénale, destinés à être produit devant un tribunal, document administratif et document d’état civil, acte d’huissier, acte notarié, mais aussi document académique, comme par exemple :

 

  • Traduction assermentée de Carte d’identité ou passeport
  • Traduction assermentée de Carte de résident
  • Traduction assermentée de Procédure d’adoption
  • Traduction assermentée de K-bis
  • Traduction assermentée de Contrat
  • Traduction assermentée de Testament
  • Traduction assermentée de Rapport de police
  • Traduction assermentée d’Acte notarié
  • Traduction assermentée de Jugement de divorce
  • Traduction assermentée de Décision du tribunal
  • Traduction assermentée d’Acte de naissance
  • Traduction assermentée d’Acte de mariage
  • Traduction assermentée d’Extrait de casier judiciaire
  • Traduction assermentée de Diplôme universitaire
  • Traduction assermentée de Relevé de notes
  • Traduction assermentée du Diplôme Baccalauréat

 

D’une façon générale le traducteur assermenté est habilité à traduire officiellement tout document rédigé dans une langue étrangère qui doit être présenté en justice ou devant les autorités administratives françaises (ou étrangères). Cela est d’autant plus valable en ce qui concerne la traduction de documents qui permettent aux autorités de rédiger des actes d’état civil officiels (acte de mariage, carte de séjour, jugement de divorce, acte notarié, affiliation à la Sécurité Sociale, à la CAF, adoption d’un enfant, extrait de naissance, …). Une traduction officielle est bien sûr requise en ce qui concerne les documents français demandés par les consulats étrangers.

Mission et statut du traducteur assermenté

Le traducteur assermenté est considéré comme un expert judiciaire qui assiste la justice dans son travail ; au même titre que les avocats, il fait partie des auxiliaires de justice.

Il effectue des missions d’expertise et a pour mission de réaliser des traductions fidèles susceptibles d’être produites devant toute administration de la République. En d’autres termes, la traduction doit être conforme à l’original qui lui a été remis. C’est ce que l’on appelle une traduction officielle assermentée. Le traducteur assermenté signera toutes ses traductions ainsi que les copies des originaux qu’il a traduits en y apposant son cachet. Une traduction réalisée par un traducteur assermenté est valable sur l’intégralité du territoire français et les DOM / TOM devant tout organisme et administration.

Au-delà de ses missions officielles en tant qu’expert, le traducteur assermenté peut tout à fait effectuer destraductions pour des particuliers, des avocats, des entreprises, des autorités etc. dans bien d’autres domaines que le domaine juridique. Et il peut tout à fait avoir un ou plusieurs domaines de spécialisation (technique, médical, scientifique, littéraire ou économique).

La seule différence entre un traducteur assermenté et un traducteur non-assermenté est que le premier est agréé par l’administration. Aucun critère de diplôme ou d’expérience n’est pris en compte.

Différences entre une traduction simple et une traduction assermentée

Tous les documents traduits par un traducteur expert judiciaire ont une valeur officielle car ils portent le sceau et la signature de cet expert ainsi qu’un numéro d’identification unique sur chaque page de la traduction certifiéeconforme ainsi que du document traduit.

Différences avec un interprète

Il existe bien une différence entre le métier de traducteur et celui d’interprète. Leur point commun est qu’il est indispensable pour le traducteur comme pour l’interprète de maîtriser parfaitement plusieurs langues. Letraducteur, à la grande différence de l’interprète traduit à l’écrit et non à l’oral comme pourrait le faire l’interprète.

La grande différence entre ces deux fonctions est le moyen de communication employé par chacun : pour letraducteur ce sera l’écrit, et pour l’interprète l’oral. Dans la réalité et dans la pratique, la traduction et l’interprétation sont des activités bien distinctes car leurs exigences et leur finalité ne sont pas du tout les mêmes. Un traducteur travaille sur la langue écrite alors que la mission de l’interprète est de traduire la langue parlée. Contrairement au traducteur, un interprète doit être capable de traduire dans l’immédiat et sans préparation tous types de discours ou de conversation. Le travail du traducteur prend du temps, car il lui faut traduire du mieux possible, et de manière fidèle, tous types de texte, ou de documents.

Comment devenir un traducteur assermenté ?

Les autorités judiciaires et les administrations s’adressent à des traducteurs assermentés pour transposer leurs différents documents officiels. Pour être agréé et pouvoir exercer dans la traduction assermentée, il faut postuler auprès du ministère des affaires étrangères, qui sélectionnera les candidats selon l’expérience et la motivation.

Habilité par le ministère des affaires étrangères, le traducteur assermenté travaille pour les tribunaux, les instances administratives et juridiques. Il prend en charge la traduction des documents juridiques et officiels (jugements, testaments, actes de notaires, extraits de naissance ou de décès, avis d’urbanisme…).

En agence de traduction juridique ou en indépendant, le traducteur juré ou assermenté officie en tant qu’expert et valide, par sa signature et son cachet, la conformité et l’authentification des documents.

Prêter serment devant le Cour d’Appel

Un traducteur diplômé peut devenir assermenté en postulant directement auprès du ministère des affaires étrangères. Une expérience professionnelle dans la traduction est un avantage indéniable.

Le recrutement comporte différentes phases pour s’assurer des compétences et de l’intégrité du traducteur.

Le postulant doit être majeur et bien entendu avoir un casier judiciaire vierge. Sa candidature (CV et lettre de motivation) doit être adressée au procureur de la République et déposée au Tribunal de Grande Instance de la ville dont il dépend. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 1er mars chaque année.

Après l’examen du dossier, suivra une audition, auprès du commissariat de police ou de la gendarmerie, pour vérifier les diverses informations.

Un avis final positif, donné par l’assemblée générale de la Cour d’Appel, accréditera le candidat. Celui-ci figurera alors sur les listes officielles des traducteurs assermentés.

Enfin avant de pouvoir exercer, il devra prêter serment devant la Cour d’Appel.